ASOCIACIÓN LATINA PARA EL ANÁLISIS DE LOS SISTEMAS DE SALUD

Webinaire ALASS

Cycle de webinaires ALASS

1er semestre 2022

Le cycle de Webinaires aborde divers sujets de discussion sur des enjeux soulevés par la pandémie COVID-19 ou plus globaux avec une perspective comparée entre les pays et les systèmes de santé.

Informations pratiques

Durée : 1h30

Horaire : 16:00-17:30 (heure de l’Espagne)

Langue : Chaque webinaire dispose d’une langue de référence pour son déroulement. La langue de référence pour les webinaires du premier semestre est le français. Compte tenu de la nature et des objectifs de l’ALASS, les modérateurs du webinaire faciliteront la participation des membres qui parlent d’autres langues latines.

Format et rôles : chaque webinaire a un responsable qui agit aussi comme modérateur. Le format peut varier selon le nombre de présentateurs. Une discussion modérée entre les participants avec de courts commentaires/propos suit les présentations.
Les webinaires sont enregistrés et la vidéo ainsi qu’un résumé écrit sont ensuite mis à disposition sur le site de l’association (le résumé sur le site public, la vidéo sur la section réservée aux membres).

Inscription : la participation est gratuite et non réservée aux membres de l’ALASS – https://membres.alass.org/fr/

Programme

Présentateur :

Alexandre Bugelli, Ph.D.

Professeur CEAHS de la Fundação Getúlio Vargas-FGV et au Centro Universitário São Camilo-CUSC-SP, Brésil.

Langue de référence : Français.

Thème : Les inégalités socio-économiques fortement associées à des difficultés d’accès à des services de santé intégraux et de qualité.

Résumé :

D’après une synthèse des résultats de trois articles sur les déterminants de la mortalité infantile au Brésil, il a été constaté que, malgré les effets positifs des programmes sociaux et de santé, certaines asymétries socio-économiques entre les macro-régions du pays montrent certaines limitations du système de santé, ce qui explique les inégalités de santé mesurées en termes de taux de mortalité infantile.

L’existence de ces inégalités croisées mène à réfléchir sur leurs implications face à la pandémie de COVID-19. En avril 2021, selon l’OPS, la pandémie avait déjà poussé entre 114 et 124 millions de personnes dans l’extrême pauvreté, ce qui a certainement eu un impact sur les groupes les plus vulnérables.

Juste pour illustrer, en septembre 2020, le taux de chômage atteint environ 13,5 millions de personnes au Brésil. De plus, les statistiques montrent un excès de mortalité de 16% chez les peuples autochtones par rapport aux décès dans la population générale, ce qui peut s’expliquer par le retard pris dans la prise de décision pour vacciner ces populations.

Comment faire face a ces inégalités de santé à long terme?

Présentateurs :
Thouraya ANNABI ATTIA, médecin
Consultante en Santé publique, Tunisie.
A rejoint l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE) en 2016.

Ridha HAMZA,
Consultant en hygiène et sécurité des soins & sécurité sanitaire des aliments et santé environnementale, Tunisie

Khaled HASSINE, médecin
Spécialiste en épidémiologie de l’environnement.
Consultant Formateur en Statistiques-épidémiologie, Tunisie

Langue de référence : Français.
Thème : Qualité et sécurité de l’environnement dans les établissements de soins.
Résumé:
Alors que le rôle des patients, du personnel et des visiteurs dans la transmission d’infections associées aux soins (IAS) est universellement admis aujourd’hui, la place de l’environnement de soins en tant qu’élément de la chaine épidémiologique de transmission d’agents infectieux en milieu de soins est moins bien documentée.

La lutte et prévention des IAS doit accorder une place importante à la maitrise de la qualité et de la sécurité de l’environnement dans les établissements de soins, qui requiert la mise en place d’une organisation garantissant notamment : le contrôle et le maintien de la qualité de l’air ; la gestion adéquate de la qualité des eaux ; la sécurité sanitaire des aliments servis ; le respect des bonnes pratiques de traitement des dispositifs médicaux ; l’entretien adéquat des locaux et surfaces ; la gestion du linge dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité ; le contrôle de la présence de nuisibles ; la réhabilitation et l’entretien des espaces verts ; l’élimination adéquate des déchets d’activités de soins (DAS).
Plus particulièrement, en matière de gestion des DAS, chaque établissement de soins doit tout mettre en œuvre pour garantir la maitrise des risques liés à la production et à la manipulation de ce type de déchets. En fait, l’optimisation de la gestion des DAS passerait certainement par une production moindre de ce type de déchets, avec comme mot d’ordre : « Au lieu de s’efforcer à trier, conditionner, collecter, stocker, transporter et traiter les DAS, ne faut-il pas ne pas en produire ».

Valérie Santschi, Professeure, Institut et Haute Ecole de la Santé La Source, HES-SO Haute École Spécialisée de Suisse occidentale, Lausanne (Suisse)

Langue de référence : Français.

Thème : La pratique collaborative des acteurs de soins de premiers recours : un élément indispensable pour un accès de tous les patients à des soins de qualité

Résumé

Ce webinaire est un regard de Suisse et de France sur la pratique collaborative, notamment en questionnant l’impact des pharmaciens comme acteurs de santé publique et de pratiques interdisciplinaires dans le cadre des maladies chroniques et, plus exactement de l’hypertension. Comment le pharmacien peut-il intervenir pour améliorer la prise en charge de l’hypertension ? Et a-t-on des preuves que son intervention est efficace et implémentable ?

Au demeurant la mise en œuvre d’une pratique collaborative de qualité impose le développement d’outils professionnels et juridiques efficaces et acceptés de tous les acteurs. En effet, les structures d’exercice doivent pouvoir permettre tout à la fois la coordination des soins et traitements des patients chroniques par des praticiens de compétence complémentaire mais aussi le partage équitable d’honoraires et des responsabilités.

Présentateur : Georges Borgès da Silva, Médecin spécialiste en santé publique, formateur en méthodes de la recherche et de la publication scientifique (www.ggbds.org)

Langue de référence : Français

Thème : Comment la connaissance scientifique évolue

Résumé :
Depuis la fin du XXe siècle nous sommes entrés dans une période de grands bouleversements.
La connaissance était un stock. Avec la rapidité de son renouvellement, elle est devenue un flux. Le professionnel doit trouver l’information au moment où il en a besoin.
La connaissance devient un capital immatériel souvent plus important que le capital investi. Un pays, une université, une institution, un professionnel, chacun doit structurer son capital immatériel et en gérer le flux.
La rapidité du renouvellement des connaissances favorise les professionnels les plus aptes à en saisir les flux, le plus souvent à l’aide des nouvelles technologies (NTIC). L’âge ne favorisant pas l’accessibilité aux NTIC, nous assistons à une transgression de la hiérarchie du savoir que nous avions conservée depuis le début de l’humanité.
Les publications d’articles scientifiques constituaient un mode de communication de la connaissance des maîtres vers les élèves. La validité des publications était peu contestée. A présent, leur contenu parait plus fragile. Le professionnel doit être en mesure de juger avec lucidité si une affirmation est valide et si elle présente un intérêt pratique pour son activité. Le grade et la notoriété de l’auteur d’une publication ne sont plus les premiers critères de jugement de la qualité d’un article.
Le modèle économique des éditeurs de revues scientifiques a permis la diffusion des connaissances pendant quelques siècles. Mais actuellement, il l’entrave par : la multiplicité des revues et la dispersion des connaissances ; l’antagonisme entre cession des droits d’auteur à l’éditeur privé et financement public des travaux ; la surprotection de la propriété intellectuelle des articles scientifiques ; le prix des abonnements, les frais d’impression et d’envoi devenus inutiles. Divers nouveaux modèles économiques pour faciliter le libre accès à la connaissance scientifique se confrontent à l’ancien.
Dans ce webinaire, nous mènerons un débat sur l’évolution de la connaissance scientifique et nos moyens de s’y adapter.

Présentatrices :
Stéphanie Collin, professeure, École des Hautes Études Publiques, Université de Moncton, Canada
Anik Dubé, professeure, École de science infirmière, Université de Moncton, Canada
Marie-Eve Laforest, professeure, École de science infirmière, Université de Moncton, Canada
Claire Johnson, professeure, École des hautes études publiques, Université de Moncton, Canada.

Thème : Enjeux et stratégies de rétention des médecins et des infirmières, notamment pour des communautés linguistiques en situation minoritaire.
Résumé : En attente

En préparation.

• Les entreprises d’économie sociale dans le domaine de la santé.
Un boursier de la RDC arrivera à MTL prochainement pour 4 mois. Il fait une recherche doctorale en RDC sur une mutuelle de santé. Il s’intéresse à la gouvernance des mutuelles.
Nous lui préparons un programme pour s’informer des coop de santé au Qc.
Ceci se fait en lien avec un consultant du Qc qui fait des travaux sur le sujet en Europe et en Afrique.
Le thème de la place des entreprises d’économie sociale dans le domaine de la santé dans divers pays pourrait être abordé.

La date sera précisée plus tard. Nous aurons la participation d’un consultant international en entreprises d’économie sociale et d’un juriste camerounais pour le cadre légal. Coordination de ceci en processus.

• Gestion des crises dans le domaine de la santé
Nous avons développé une formation sur le sujet qui peut être reprise en webinaire.

Mary-Lieta Clément, MBA, PhD©: Actuellement doctorante à l’Université Laval à Québec, elle rédige une thèse sur la gestion des crises dans les organisations sous la direction de Christophe Roux-Dufort et enseigne dans la discipline. Elle prévoit déposer en début d’année 2023.
La formation a été offerte au Maroc ( collaboration OMS-Maroc et Unité de santé internationale de l’UdeM)
La date sera confirmée en septembre.
• Carolina (Mexique) a promis de proposer un webinaire pour octobre ou novembre.
Sergio en discutera avec Carolina à son retour au Mexique.

21 janvier, 2021